Au pays d'Aricie

Un peu de tout, beaucoup de rien, sinon l'inverse

01 janvier 2010

Requiem d'automne

de Brad Coleman


312D1g7aMDL


« La majeure partie des hommes s'évertue à occulter les phénomènes paranormaux, bien qu'ils se manifestent à eux avec insistance. En dépit de leurs connexions avec nous, la rationalité sous laquelle nous nous dissimulons, se dénie elle-même. Notre pseudo-raison échafaude des explications purement imaginaires, élaborées à partir d'un faisceau d'indices à peine concordants.
C'est ce qui arrive au juge d'instruction Jacques Dampierre.
La mort aux trousses, il fait appel à l'ex-commissaire Henri Laborde pour l'aider à résoudre au plus vite une énigme qui prend à défaut sa légendaire faculté d'analyse.
Ebranlé dans se convictions véristes, le talentueux et impitoyable magistrat est confronté au surnaturel. D'étranges phénomènes se produisent en sa demeure, l'avertissant quand pour lui sonnera le glas !
Dampierre réfléchit : il lutte, il emploi la ruse, l'étau se resserre, la solution lui échappe.
Son incapacité à intégré le paranormal l'empêche de discerner qui des fantômes ou des hommes veulent se perte... » (Quatrième de couverture)

Mon avis :

Je ne connaissais ni les Editions Kyklos, ni Brad Coleman. A partir de maintenant, je vais m'y intéresser d'un peu plus prés. J'ai eu la chance de lire Requiem d'automne grâce à un partenariat entre les Editions Kyklos et Livraddict, alors évidemment, c'est un grand merci à tous.

J'ai tendance à penser que toutes les créatures dont nous pouvons entendre parler dans les livres ou les films existent ou ont existées. Après tout, si quelqu'un y a pensé un jour, c'est sûrement parce que quelqu'un en a déjà vu ? Je n'ai pas réellement envie de croiser un zombie, c'est pourquoi j'évite de me promener toute seule, dehors, la nuit. Mais un fantôme qui se baladerai dans ma chambre, pourquoi pas, il me tiendrai compagnie.

Et l'atmosphère de Requiem d'automne s'y prête. Cette ambiance angoissante par ces nuits d'orage, dans une maison sombre dans un coin reculé, partiellement inoccupée, pour quelle raison un fantôme aimerait se trouver ailleurs ?
C'est un plus pour ce livre par rapport aux autres thrillers. Je me suis tout de suite retrouvé plongée dans cette ambiance ésotérique. Pour nous y aider, il y a cette lettre au lecteur commençant ainsi : « Combien de fantômes traversent chaque nuit votre chambre ? »
Tout au long du roman cette atmosphère est maintenue. Sans oublier les références scientifiques qui ajoutent de la crédibilité.

Le juge est une personnalité plutôt attachante au fond. Même si j'ai souvent eu envie de lui dire qu'il devait bien s'attendre à ce que tout cela lui arrive. Qu'il aurait dû mieux se comporter avec les gens, être plus gentil. Mais finalement, c'est lui qui garde les pieds sur terre du début à la fin. Il a sans doute raison sur toute la ligne.
Quand des évènements pareils nous arrivent, comment faire la part des choses ? Comment savoir si cela révèle de la réalité ou d'hallucinations ? A qui faire confiance, aux morts ou aux vivants ? C'est ce que j'ai pensé durant ma lecture. Tous les personnages m'ont inspiré tour à tour doute et confiance. J'ai beau avoir essayé d'enquêter pour comprendre le plus tôt possible, je ne m'attendais pas à ça. Et c'est ce qui fait que j'ai tant aimé ce livre.

En ce qui concerne Requiem d'automne, je ne peux pas m'arrêter à l'histoire. Un livre ne donne pas envie d'être lu seulement grâce au titre, la quatrième de couverture ou l'auteur. S'il attire l'œil, c'est encore mieux.
Les Editions Kyklos ont trouvé, pour moi, le bon graphisme. Titre et auteur en noir sur blanc, à mon goût il n'y a rien à ajouter. C'est sobre, c'est classe, c'est mystérieux.

Posté par aricie à 14:34 - Lecture - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Ok, y'a des fantômes mais est-ce que ça fait peur ? Même un peu. C'est juste pour savoir si je te l'emprunte ou non. Tu me connais, je suis un peu chochotte. Sans commentaire, je te prie.

    Posté par Fée Bourbonnaise, 01 janvier 2010 à 18:15
  • Remerciements

    Au nom de l'auteur et de Kyklos Editions, nous vous remercions pour cette critique que nous avons pris grand plaisir à lire d'autant qu'elle fait allusion à des éléments essentiels du roman. Rien ne vous a échappé...
    Très cordialement
    Virginie

    Posté par Virginie, 02 janvier 2010 à 19:36

Poster un commentaire